L'environnement, le coupable idéal ??

De nombreuses discussions ont eu lieu incriminant le rôle important de l’environnement dans l’apparition des cancers.

Encore faut-il bien définir l’environnement : pour les scientifiques, il s’agit de toute intervention venant de l’environnement extérieur, pour le public, il peut s’agit de l’environnement dans un sens très large, incluant le tabac, les rayonnements, etc, ou, pour beaucoup, uniquement de la pollution.

En ce qui concerne les facteurs environnementaux, les experts scientifiques sont d’accord sur le fait que le tabagisme est la cause principale de cancers suivi de loin par d’autres facteurs tels le manque d’exercices physiques, une mauvaise nutrition, l’alcool, l’obésité et le soleil. Ceci est prouvé scientifiquement et on émet des recommandations au public dans ce sens (c’est la base du code européen contre le cancer). Par exemple, pour le tabagisme qui est responsable d’un tiers des cancers, le message est clair : il ne faut pas fumer ou ne pas se laisser enfumer.

En ce qui concerne la responsabilité de la pollution et de certains rayonnements électromagnétiques dans la survenue de cancers, à l’heure actuelle, elle est tout hypothétique : les avis des experts sont très différents : une étude montre le contraire d’une autre, une étude est mal faite, etc, bref, aucun consensus scientifique.

Alors, comment s’y retrouver ? Qui croire ? Quelles recommandations suivre ?

  • D’abord, il faut savoir que les résultats d’une seule étude scientifique ne suffisent pas pour alarmer la population ! Et tant qu’il n’y a pas de consensus des experts dans la matière, toutes les nouvelles alarmistes figurant dans la presse ou émises par des lobbyists et politiciens doivent être considérées avec grande prudence !
  • Ensuite, chacun peut suivre le principe de précaution : si une substance est peut-être cancérigène, des recommandations sont émises par les autorités pour protéger la population « au cas où ».

Dernière modification le 14 décembre 2011

Imprimer