Gérer sa maladie

Le cancer est une maladie qui a des répercussions à la fois à court et à long terme. Sans oublier les problèmes psychologiques, il va falloir aussi aborder d'autres problèmes.

A l'annonce du diagnostic, le malade va devoir non seulement suivre son traitement et s'y adapter, mais aussi réorganiser sa vie quotidienne : assurer éventuellement la garde de ses enfants lors des traitements ou consultations, subvenir aux besoins de sa famille, obtenir le remboursement de frais médicaux divers, envisager avec son employeur le maintien de son emploi, etc. Les préoccupations sont multiples et le plus souvent embrouillées à cause de l'angoisse générée par le diagnostic du cancer.

Pendant le traitement, la maladie peut devenir épuisante à cause de la fatigue due au traitement. Tout ressemble à une épreuve : se lever, se soigner, manger, etc. Le doute et la peur refont surface : une aide extérieure et neutre peut s'avérer utile.

La réhabilitation s’accompagne de diverses questions : changement éventuel du mode de vie et de l'alimentation, cures de reconvalescence, examens de contrôle, sports et loisirs favorables, réorientation professionnelle, etc.

En cas de récidive, la peur et le doute s'installent de plus en plus. Comment sortir du tunnel?

Quant au patient en fin de vie, il existe une alternative : celle de vaincre la douleur et les angoisses que la fin de vie provoque, celle d’être « accompagné ». Tout patient en fin de vie qui le demande doit pouvoir bénéficier des soins palliatifs. Les soins palliatifs ne sont-ils pas définis par ce qu'on peut faire lorsqu'il n'y a plus rien à faire.

C'est à chacune de ces étapes, face à ces difficultés engendrées par la maladie, que la Fondation Cancer veut offrir une aide, un accompagnement, un soutien et veut donner au patient un moment d'arrêt et de répit pour réfléchir avec lui aux solutions possibles.

En bref, nous voulons aider le malade et sa famille à réorganiser leur vie bousculée par le cancer.

C'est pourquoi, nous vous proposons les services de notre département psychosocial.

Dernière modification le 25 novembre 2011

Imprimer