Dépister des cancers

Le dépistage d'une maladie consiste à rechercher cette maladie dans une population apparemment en bonne santé, donc ne présentant pas de signes de la maladie, et ceci généralement à l’aide de méthodes simples et non coûteuses.

Le but du dépistage est de réduire la mortalité de la maladie et d’augmenter la probabilité de survie grâce à un traitement précoce.

Dans la plupart des cas, plus la maladie est diagnostiquée rapidement, meilleures sont les chances de réussite du traitement. Mais cela n’est pas toujours le cas : car le dépistage peut aussi révéler des cancers qui n’auraient pas évolué et n’auraient jamais été diagnostiqués en l’absence de dépistage (par exemple : certains cancers de la prostate).

De même, le dépistage n’est bénéfique que dans la mesure où des options de traitement précoce offrent certains avantages par rapport à des traitements ultérieurs (par exemple pour dépister un cancer du poumon, il n'existe pas d'examen qui permette une détection suffisamment à l'avance pour en tirer un bénéfice en matière de traitement).

Il est recommandé par les experts internationaux d’effectuer un dépistage :

  • du cancer du sein à partir de 50 ans
  • du cancer du gros intestin à partir de 50 ans
  • du cancer du col de l’utérus dès les premières relations sexuelles
  • du mélanome malin.

Pour le dépistage d’autres cancers, comme le cancer de la prostate, il est recommandé d’en parler à son médecin et d’être bien informé sur les avantages et désavantages de ce dépistage (voir plus loin).

En cas d’antécédents familiaux (cas de cancers dans sa famille), il est bien d’en informer son médecin traitant pour être surveillé(e) de plus près.

Pour en savoir plus :

Cours de Cancérologie générale de la Faculté de Médecine de Caen du Pr J.F. Héron (2010)

"Comment évaluer a priori un programme de dépistage" de l’Agence nationale d’accréditation et d’évaluation en santé, France (2004)

Dernière modification le 13 décembre 2011

Imprimer